vendredi 28 mai 2010

Célébration du fromage de Maroilles , le film de l'âne vert


Une version basse résolution, pour ceux qui ont une connexion internet lente, est visible sur la page où est reproduit le texte de l'homélie (voir le lien à la fin de cet article)

Prédicateur souvent facétieux et truculent, Maurice Lelong o.p., originaire d'Estrées, au nord de Saint-Quentin, a donné dans son homélie sur le Maroilles, une page d'anthologie : sans doute le plus beau texte littéraire sur le fromage de Maroilles. Prononcée et radiodiffusée en 1961, dans le cadre des festivités du millénaire du fromage de Maroilles, cette homélie savante et souriante eut, en son temps, un succès mérité. La bande son de ce film est un enregistrement sur disque (Soder) que réalisa Maurice Lelong pour accompagner la sortie de la "Célébration du Fromage" chez son éditeur Robert Morel en 1961 (maquette d'Odette Ducarre). Cette "Célébration" comportait un texte inédit et le texte complet de l'homélie prononcée quelques mois plus tôt à Maroilles.
Auteur prolifique, Maurice Lelong obtiendra l'année suivante le prix de l'humour noir pour sa "Célébration de l'art militaire" chez le même éditeur. On peut se reporter, sur ce blog, aux billets que j'ai publiés sur ses "célébrations" de l'âne, de l'oeuf, de l'andouille (d'autres viendront).

Le texte complet de l'homélie est disponible sur ce blog. Il vous suffira, au bas de la colonne de droite de ce blog, à la rubrique "Documents", de cliquer sur le lien "Celebration Maroilles", je vous conseille de faire un copier coller dans votre traitement de texte car le texte est assez long et mérite d'être imprimé. Vous pourrez ensuite revenir au blog en cliquant sur l'imagette de l'âne vert.

Pour le film je remercie Odette Ducarre, Jacques Métille, le RP Kim-en-Joong o.p. et l'association des Amis de Robert Morel qui m'ont prêté leur concours et une partie des documents qui figurent dans le film.
Remerciement spécial aussi à Claire Halleux et à ses collaborateurs (trices) qui, à la ferme de la Fontaine d'Orion, à Haution, Thiérache de l'Aisne, fabriquent, à mon goût, le meilleur et plus onctueux Maroilles que je connaisse. (cette information n'est pas sponsorisée !)

2 commentaires:

Denis Clerc a dit…

Merci pour ce témoignage :la "célébration du fromage" du Père Lelong a été en effet pour mon épouse et moi un texte majeur (tout comme la majorité des petits livres carrés édités par Robert Moral dans sa collection des Célébrations : je me souviens de celle des jurons, de la pipe ou de l'art militaire (du Père Lelong également). Malheureusement, ce dominicain si érudit et ironique a mal terminé, dans une sorte de délire intégriste, voire xénophobe,après un voyage en Chine ("Il est interdit de se pencher par la portière", titre de son livre de voyage).

Ane-Vert a dit…

Il faut se souvenir de ses côtés les plus lumineux, c'est ce que je fais. Les quelques coups de crosse épiscopaux qu'il reçut à la fin de sa vie ne l'ont certes pas aidé à surmonter l'amertume de ses vieux jours. Il me semble qu'il a mal encaissé soixante huit et le délitement de l'Eglise, les "dérives liturgiques" (dont je ne suis pas juge) qui ont suivi (c'est l'institution, on le dit rarement, qui a été la plus bouleversée par 68).
En faire un intégriste est peut-être exagéré, d'abord parce qu'il s'en est tenu à ses voeux d'obeïssance (ça n'a pas du être facile pour lui). Et puis il faut se souvenir que même un écrivain que j'aime beaucoup, comme Julien Gracq, peu suspect d'intégrisme (il était me semble-t-il totalement agnostique), regrettait les anciennes liturgies catholiques...