vendredi 30 avril 2010

Le chant des abeilles, écoutez un ami apiculteur : Jean-Claude Mittelman. (retour du débat à Saint-Quentin sur le film de Coline Serreau : Solutions locales pour un désordre global )


C'est une trouvaille sur la toile de mon épouse qui aime les artistes qui nous font entendre la musique du monde sur des radios comme arte radio ou silenceradio. Il y a quelques jours elle m'a trouvé sur la toile un petit bijou : un reportage sur un ami de jeunesse devenu apiculteur et réalisé par son fils ; Samuel Mittelman. Si vous cliquez sur la petite abeille ci dessous vous pourrez écouter ce document sonore remarquable. Faites le à un moment où vous avez du temps devant vous car ce n'est pas un court-métrage. Rien ne vous empêche aussi de commencer par en écouter un petit bout. Comme c'est une radio qui ne fait pas dans la réclame elle vous laissera le temps de respirer et de butiner à votre convenance.

J'ai pensé à vous faire partager ce moment en rentrant, hier soir, d'une projection débat à Saint-Quentin autour du documentaire de Coline Serreau : "Solutions locales pour un désordre global". Débat qui était animé par Emmanuel Mousset en présence de personnalités de l'Ecologie Politique picarde.

Je vous ai fait l'éloge, il y a quelques semaines, d'un film qui lui est proche: "Le temps des grâces" de Dominique Marchais. On retrouve dans le film de Coline Serreau une partie des intervenants du "temps des grâces" et notamment le couple Bourguignon si remarquablement attentif à la question de la destruction et de la régénération des sols. Le film de Coline Serreau a disposé de moyens de production importants ce qui lui a permis de développer son sujet notamment en Inde, au Brésil  et en Afrique d'où elle a ramené des témoignages remarquables. Son film m'a beaucoup appris sur la guerre sans merci des grands groupes semenciers pour accaparer et détruire la biodiversité et assujettir la paysannerie mondiale à son économie mortifère. On y voit aussi les résistances qui s'esquissent  et l'inventaire des coopérateurs qui opposent la culture, la conservation et le partage  des variétés anciennes, à cette industrie de mort est très convaincant, comme l'exposé de leurs difficultés et de leurs espoirs. C'est une partie du film qui m'a beaucoup fait penser à mon épouse, inlassable glaneuse et partageuse des graines qu'elle récolte dans notre jardin, de préférence sur les plantes locales et sauvages. Le film est très attentif justement au rôle primordial des femmes; dans les civilisations agraires, dans la gestion de ces semences et avec quelle brutalité elles en sont aujourd'hui dépossédées.
Alors oui allez voir ce film, mais allez voir aussi "Le temps des grâces" qui paradoxalement remplit mieux le programme qu'annonçait le titre du film de Coline Serreau ; "solutions locales..." parce qu'il donne davantage la parole aux agriculteurs qui nous sont les plus proches. Le film de Dominique Marchais a aussi la qualité d'être par certains aspects moins manichéen parce que la dénonciation des coupables (certes fort utile) y est moins présente que la réflexion sur "comment nous en sommes arrivés là" et "que faire".

Un jeune agriculteur de Thiérache qui a lu mon billet sur "le temps des grâces" fait son affaire d'organiser en juin une projection de ce film à Vervins, je vous en donnerai des nouvelles.

5 commentaires:

Joseph a dit…

j'ai écouté la votre enregistrement, mais j'ai craqué à la moitié, pouvez vous le faire en feuilleton, on y reviendrait volontiers, d'autant que je ne suis pas apiculteur. Je suis intéressé par l'écologie.

Ane-Vert a dit…

Je ne me permettrai pas de tronçonner une oeuvre dont je ne suis pas l'auteur. Par contre en allant sur le site de silenceradio il me semble que vous pouvez télécharger le fichier et ensuite l'écouter à votre convenance..
en plusieurs épisodes.

Joseph a dit…

j'ai donc pris le temps d'écouter la deuxième moitié du reportage sonore, Bravo

Ane-Vert a dit…

Merci pour le bravo mais le destinataire devrait plutôt être l'auteur du reportage... On doit pouvoir laisser des messages sur "silence radio".

Christine a dit…

Notre site porte le même nom que le votre... Et sans grande surprise, j'y trouve des similitudes, sans doute dues à notre inspiration commune : les ânes, leur sagesse, leur philosophie. Mais vous écrivez bien mieux que moi !
Et de page en page, j'ai pu me remémorer notre récent voyage familial au Népal et enfin gouter à ce petit trésor radiophonique et apicole. Et c'est là que je laisse mon petit commentaire ravi...
Christine (Asso l'Ane Vert 31)